Archive Page 2

04
Fév
09

Wine Blog Trophy

Chers amis,

votre blog préféré a terminé 3ème ex-aequo au concours de blog sur le vin dans la rubrique « professionnels du vin ».

Les vainqueurs sont

-Meilleur blog « Journaliste » : Jim Budd – http://jimsloire.blogspot.com
-Meilleur blog « Professionnel du Vin » : Julien Pichoff & Damien Bonnabel – www.findawine.com/blog
-Meilleur blog «  Vigneron / Négoce des Vins de Loire » : Margaux – www.xnoir.fr

Bravo à eux!

29
Jan
09

Il ne faut pas boire pour manger, mais manger pour boire!

Je me suis fait cette gentille remarque alors que le vin que je buvais ne m’enchantait guère. Je m’écriais alors: « Que tu es sot! Mange donc un morceau de ce sympathique saucisson qui te fait de l’oeil! » Je m’exécutais et soudain, PAF, le vin redevint bon.
Est-ce à croire qu’un mauvais vin peut devenir bon si on lui laisse la possibilité de mélanger ses arômes avec ceux du cochon?
Non, je pense plus simplement que l’on boit rarement sans être accompagné soit d’amis ou camarades buveurs ou encore d’une assiette de nourriture (je vous laisse le soin de la remplir comme bon vous semble). J’élimine les deux premières catégories qui sont souvent assez indigestes (voir lourdes 😉 ) pour assurer qu’il faut goûter plusieurs fois un vin et si possible au cours d’un repas léger avec le connaître en situation.
Je suis persuadé qu’il nous est arrivé au moins une fois de retenir un vin, de le mettre en cave plein de projets pour lui et le jour J…..plouf. Finalement, il ne convient pas. Alors qu’un simple essai préalable aurait laisser entrevoir.

Conclusion: Goûtons, goûtons…. Mais n’oublions pas que nous mangerons.

26
Jan
09

La 10ème Dive Bouteille

Les Buveurs d’essais y seront!

Il était hors de question de ne pas nous mettre en ordre de marche pour participer à cette célébration du Vin Nature

Notre blog sera mis à jour en temps réel depuis notre ordimini. Vous pourrez ainsi participer à distance à la 10ème dive bouteille et dire « J’y étais! (un peu) »

Plus d’info: http://www.diveb.blogspot.com

24
Jan
09

Jean-René a beaucoup d’Ami…gne.

Après mon rendez-vous manqué avec sa Syrah, je décidai de re-attaquer les vins de Jean-René Germanier par la face sud avec un de ses blancs. Mon choix fut vite fait, et je jetai mon dévolu sur une Amigne demi-sec.
Bonne nouvelle, j’aime. 

Mais peut-être voudriez-vous connaître mes impressions?

 

17
Jan
09

Les Cabernets sont à Ste Radegonde

Nous voila débarqués à deux b… euh, deux pas de Ste Verge, au Domaine du Clos des Treilles. Kiki, sur sa mobilette dernier cri, nous accueuille avec un Anjou blanc 2006. Nous etions au début de nos surprises.

Nico débarque avec un camion rempli de caisses de Gamay, et nous voila parti dans la vinification de se qui deviendra la cuvée « Poil de la Bête ». Nicolas fait partie de ces vignerons qui font d’une idée, un vin.

img_00021

Nous voilà pris en otage par  les « Ours fins » et une bouteille d’Anjou « Pompois »…dure journée. Que c’est bon un Cabernet bien fait!! Nico continue de nous régaler avec son Chinon « Garance » 2007..une merveille. Que de puissance, de majesté, de finesse…. un coeur gros comme son vigneron..

La ballade se continue au Café de La place à Saumur, où les vignerons locaux se retrouvent autour d’un verre de potion locale. Durdur de quitter cette région.

Nous y retournons peu de temps après afin de réviser nos leçons Ligériennes et sommes toujours séduit par l’accueil de Nico et de ses vins…

17
Jan
09

Ce jour de décembre où j’ai vu des chamois…

Les chamois n’ont rien de particulier en temps que tels. C’est juste que je les vus en arrivant à Rotalier (Oui John-Baptiste, là où se trouve Jean-François Ganevat!).

Dans ce recoin du Jura français on trouve des chamois mais aussi des vignerons. Et quels vignerons! Des gens de la terre, sincères et généreux avec leurs vignes, qui m’ont ouvert leur cave, leur maison, et leurs bouteilles.

En ce premier mardi de décembre je rencontre Peggy Buronfosse. Jeune vigneronne qui aime tellement ses vignes et son vins que l’écouter en parler vaut le voyage à lui seul. Comme un jardinier, elle connaît chaque coin et recoin de ses parcelles. Comme un alchimiste vous exposant sa traduction de la Pierre Philisophale, elle vous explique chaque vendange selon la parcelle, l’élevage selon la pièce. Bref, elle vous donne toutes les clés de ses vins, si vous ne comprenez pas tant pis. Mais c’est dommage!

Peggy n’est pas seule. Son mari, Jean-Pascal est à ses côtés. Comme elle, il aime être à l’écoute des vignes et leur prodigue tous les soins qu’elles méritent.

Et ça donne quoi?
Bin, du vin, tiens! Peggy et Jean-Pascal produisent du Côte du Jura Blanc avec du Chardonnay et du Savagnin, du Côte du Jura rouge avec du Pinot et du Poulsard.
Ils se sont essayés au V.. de p….. Ils se sont vus refuser l’agrément pour quelques gramme de sucre résiduel. Ce qui n’est pas plus mal, car moi qui n’aime guère le Vin de paille, je trouve leur « Epicure » (oui, c’est le nom de leur cuvée de « Vin issu de raisins passerillés » en bouteille de 37,5cl) est meilleur que le Vin de paille.

Pour résumé, un jeune domaine à découvrir calmement car la production est presque confidentielle. Le bon point, c’est que j’en ai en cave!

16
Jan
09

J’en ai trouvé, je vais la goûter!!!! Une bouteille de Syrah du valais de chez Germanier

syrahMonseigneur Gâteau le Lyon m’avait parlé d’une excellente syrah du valais produit par un certain Germanier. Un grand moment de bonheur selon lui. Alors, j’ai cherché… longtemps…. longtemps…longtemps…. non moins!

Mes recherches m’ont conduit à Jean-René Germanier. Mgr Gâteau avait donc raison! Il y a de la syrah à dans les Alpes valaisanne. Dès lors j’ai acquis une bouteille de cette Syrah. 
Je vais vite m’employer à l’ouvrir et à goûter. La suite tout à l’heure…

Un peu plus tard…

J’ai goûté…..et….
Syrah AOV Valais, 2006, Jean-René GERMANIER

OK, C’est gentil. C’est bien de la Syrah. Une robe grenat intense avec des reflets séduisants. Le nez est faible (ou alors, c’est moi!), l’alcool s’invite dans la danse.
En bouche, l’élevage de 12 mois en fût se fait sentir avec une légère astringence due à des tanins vifs. Une longueur souple et agréable maintient un goût de « Bois moi! » fort sympathique. Malheureusement, je ne trouve pas de particularité à cette Syrah. Reste donc à faire un essai comparatif avec une autre région suisse ou française. Et que ça saute!